lundi 24 février 2014

La Maison de la Nation

La Maison de la Nation prise en 1937.

Cette vaste demeure aux proportions harmonieuses était le château de Gabrielle de Musy, épouse du Comte de Vallin. Il fut construit vers 1750. La Comtesse de Vallin était le seigneur engagiste qui régnait sur La Tour-du-Pin, la Bâtie et Diémoz.

«Son caractère altier et despotique» — dit Romain Bouquet, — « les allures de cour qu’elle se plaisait à affecter» et surtout la «rigueur qu’elle apportait à prélever les impôts» lui avaient fait «beaucoup d’ennemis.» Elle avait clos les chemins qui mènent au château par des portails, obligeant les personnes se rendant à l’église de faire un détour par la rue d’Italie.

On peut imaginer que cette opinion était juste ; car depuis le marquis Boissac, seigneur de Cuirieu, qui habitait la maison des Dauphins, en passant par le notaire Pascal Gallet, Olivier le maître de Portes, Rulat, Lambin, fermiers de l’octroi et les voisins du quartier de Bourbre, tous étaient unanimes pour le confirmer.

Gouache des frères Le Sueur.

Aussi, en 1791, sous l’inspiration de Perroncel, une pétition est-elle rédigée, où l’on relève notamment : «Sous le règne du despotisme de fatale mémoire» où les «grands mangeaient les petits, » La Tour-du-Pin est le lieu de la «France qui en a senti le plus les preuves» de la part de la «ci-devant haute et très puissante dame Gabrielle de Musy», née «Vallin, etc.»

Paillet fils disait que bientôt les habitants de la Tour ne paieraient ni impôts, ni fermages, qu’ils auraient la liberté de chasser et de pêcher, que la Communauté serait affranchie de tout seigneur!

En 1789, le terrier* de 1680 fut brûlé, le château pillé, les tonneaux de vin coulèrent à flots. Mme de Vallin émigra en 1791. Sa prison se tenait dans la cave de l’ancien hôpital. On peut encore voir de nos jours la porte à guichet et ses soupiraux dans le petit escalier au bout de la rue de la nation.

En 1792, sa maison fut mise en vente ainsi que son mobilier, ses tableaux et ses livres dont 93 volumes de l’Encyclopédie qui furent envoyés à la Bibliothèque de Grenoble.

Dessin extrait du livre du Docteur Dénier, "La Tour du Pin, Terre des Dauphins."

La Maison de la Nation devint un magasin à vivres et à fourrages. Tabarin l’achète à la vente des Biens Nationaux, Bouquin en devient propriétaire, puis ce fut un émigré polonais : Olchewski.

Enfin la maison fut restaurée dans les années 1980 et transformée en logements sociaux. À cette occasion, nous avons vu avec désolation, les boiseries Louis XVI d’époque partir dans la fumée d’un grand feu devant la maison...

*Un terrier est le titre de propriété sous l’Ancien régime.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire