vendredi 11 décembre 2015

Le Château de Vallin


Situé dans le nord du département de l’Isère, dans l’ancienne province du Dauphiné, le Château de Vallin est bâti au cœur des « Terres Froides », sur le territoire de la commune de Saint-Victor-de-Cessieu, à cinq minutes de La-Tour-du-Pin et à égale distance (environ une cinquantaine de kilomètres) de Lyon et de Grenoble.


Très certainement plus ancienne encore, l’implantation des Vallin en Dauphiné est attestée dès 1187 par la présence de Guillaume de Vallin lors d’une donation faite au profit de l’abbaye cistercienne de Bonnevaux.

À cette même époque, Pierre et Guillaume de Vallin participent à la 3è Croisade. Un peu plus de deux siècles plus tard, en octobre 1415, Girard et Jean de Vallin périssent à Azincourt, aux côtés de la fleur de la chevalerie française, lors de l’une des plus désastreuse défaite française de la Guerre de Cent Ans, face aux troupes du roi d’Angleterre Henri V.

Armoiries de la famille de Vallin

Les célèbres Armoriaux de Rivoire de La Bâtie et de Saint Allais évoquent en termes flatteurs cette puissante famille : « Ancienne et illustre maison qui a joui du rare avantage de conserver jusqu’à la fin la terre dont elle porte le nom depuis tant de siècles. » [1]
« Famille noble d’extraction et d’ancienne chevalerie, établie dans la province du Dauphiné. Son origine remonte aux temps les plus éloignés et cette maison a toujours joui de la considération la plus distinguée. » [2]

Salon de compagnie Louis XVI

Le Château de Vallin, fondé au XIVè siècle par la famille du même nom, qui le posséda directement jusqu’en 1858, fut en partie remanié au XVIIè siècle, avant d’être sévèrement pillé en juillet 1789 durant les troubles de la « Grande Peur. »

Un rapport de 1794, établi par l’ingénieur des ponts-et-chaussées, mentionne encore la présence à cette époque de dix tours rondes de quinze pieds de diamètre et trente pieds d’élévation. C’est dire l’importance du domaine.

Salle à manger romantique dans l'esprit de Caspar Friedrich (1774-1840)

En partie remis en état par Laurent de Vallin, immédiatement après la tourmente révolutionnaire, il est aujourd’hui constitué d’un corps de bâtiments surmonté d’une tour ronde (datant de la construction primitive), rejoignant le corps principal du château, bâti quant à lui au début du XVIIIe siècle. Sa cour des écuries, entièrement fermée, et son rare bassin à chevaux, en font un exemple d’architecture intéressant et très peu répandu dans la région.

La chapelle du XVIIème siècle

Séparés de cette construction : une chapelle accolée à une tour ronde fort ancienne, ainsi que les anciens communs du château, adossés au mur d’enceinte médiéval, percé de nombreuses meurtrières.

Intérieur de la chapelle

Le Château de Vallin est entouré d’environ 4 hectares de parc, bois et allée. Trois cèdres du Liban, plusieurs fois centenaires, ainsi qu’une exceptionnelle allée de soixante-dix tilleuls, de plus de 300 mètres de longueur, viennent agrémenter le site, dominant la vallée de la Bourbre et la plaine de La-Tour-du-Pin, lieu de passage de l’ancienne voie romaine reliant Lyon et Vienne à Aoste, puis à Rome.

Olivier Auriol de Bussy

Propriété de la famille de Vallin, puis par héritages successifs, des Virieu, bien connus en Dauphiné, des Lastic puis des Bonald, le Château de Vallin appartient aujourd’hui à M. Olivier Auriol de Bussy, issu lui-même d’une famille originaire du Sud-Ouest de la France, fixée en Dauphiné depuis quelques décennies, ainsi qu’à son épouse, d’origine bretonne. Editeur d’ouvrages régionaux et historiques, Olivier Auriol de Bussy est délégué des « Vieilles Maisons Françaises - Jeunes » du Rhône et membre de la Commission Départementale des Sites, Perspectives et Paysages de l’Isère. Passionné d’histoire, de patrimoine et de vieilles pierres, il est également membre de la « Demeure Historique. »

Le château dans les années 50-60

En 1968 Emmanuel Doncieux écrivait dans la revue régionaliste «Evocations» (janvier - février 1968) : « Le Château de Vallin subsiste toujours ainsi que la chapelle, au centre d’un vaste domaine, mais dans un état de délabrement complet qui l’achemine vers une ruine prochaine ». 

Façade Nord dans les années 90

Vingt deux ans plus tard, Paul Grillot, déclare : « Aujourd’hui, le Château de Vallin est dans un état de ruine très avancé (…) Dans la cour centrale, on peut encore voir l’ancien abreuvoir (en fait un bassin à chevaux) entouré de restes de bâtiments et de charpente, que seules se partagent les ronces et mauvaises herbes. Une immense cheminée, maintenant à ciel ouvert, permet encore d’imaginer la splendeur des pièces d’autrefois ». [3]

Façade Nord en 2005

Durant ces dernières décennies, le Château de Vallin a bénéficié de gros travaux de rénovation grâce un travail acharné, guidé par la passion de ses propriétaires, dicté par la volonté de sauver coûte que coûte ce qui aurait pu être irrémédiablement perdu... 

Plusieurs fois dans l'année, le Château de Vallin accueille le public pour des présentations-ventes de livres régionaux, les "rendez-vous aux Jardins", des visites commentées, les Journées Européennes du Patrimoine ou encore une fête médiévale...

Découvrez ici le nouveau site internet : www.chateauvallin.com

[1] Armorial de Dauphiné - G. de Rivoire de La Bâtie - 1867
[2] Nobiliaire Universel de France - M. de Saint Allais - 1872
[3] Les châteaux de La-Tour-du-Pin et de ses environs »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire